Web Analytics Made Easy - StatCounter
 

Les échappées (série en cours)
 

     Gaston Bachelard, dans La poétique de l’espace, décrit la fenêtre comme la frontière entre l’en-deçà et l’au-delà, un objet transitionnel du dedans-dehors. A l’instar des peintres flamands, et plus tard des surréalistes, pour qui la fenêtre est le lieu d’apparition d’une image, je pose ici la question du réel et de l’illusion. En jouant avec ce motif je souhaite explorer ce que l’on s’invente de part et d’autre de ce cadre. Plus habitués à nos fenêtres d’ordinateur, elles constituent avant tout une formidable ouverture vers l’imaginaire et donnent autant accès au monde extérieur qu’elles permettent à celui-ci de pénétrer à l’intérieur, dans l’intimité de la sphère domestique.

    

    Le peu d’indices révélés du lieu depuis lequel la photographie a été prise en regard de l’importance donnée au paysage crée une ellipse formelle, topos de l’imaginaire du « regardeur ». Les paysages photographiés sont réels, parfois légèrement transformés ou encore totalement fabriqués. En composant ces scènes imaginaires je questionne la représentation tant de la beauté que d’un ailleurs fantasmé.